LE SHOTO-KARATE-CLUB d'AIXE-SUR-VIENNE A FETE SES 30 ANS

 

Ce vendredi 2 juin, le club Aixois réunit à l’espace Jacques Prévert d’Aixe sur Vienne tous ses adhérents et amis.


Difficile de résumer 30 années de vie associative et martiale ! Il y a eu tant de passages et d’acteurs dans ce club qu’il paraît impossible d’en faire l’inventaire, fut-il à la Prévert.


Cette année 1987, tout a commencé par l’union de la volonté de deux passionnés, Gérard Moreau, jeune karatéka explosif, et plein de talent, et Gisèle son épouse, moins explosive sur les tatamis, mais redoutable d’efficacité en gestion administrative, la tête et les jambes en somme. Le Shoto-Karaté-Club était né.


Evidemment, ceux qui sont là depuis le début se souviennent de tout et de tous ? Pas certain ! Car en fait, depuis 3 décennies chaque karatéka ayant posé les pieds dans ce dojo emblématique aura contribué à son histoire, et à sa réussite, sans y avoir pour autant laissé son empreinte façon Hollywood boulevard.


Car un club, ce n’est pas un nombre de licenciés, ce n’est pas non plus seulement des titres et une pléthore de dan.


Bien sûr, s’agissant de karaté ; tout le monde s’accorde à dire dans tout le Limousin et même au-delà, que Senseï Gérard Moreau n’a pas son pareil pour motiver et faire progresser ses élèves ; à condition que ces derniers soient prêts à en payer le prix ;  pas celui de la cotisation annuelle, mais celui d’une abnégation totale à l’entraînement  avec le goût du sel de la sueur sur les lèvres à chaque cours… « Recherchez la perfection du caractère, soyez constant dans l’effort, soyez fidèle, respectez les autres, retenez toute conduite violente  » ces préceptes du karaté do chacun des élèves de Gérard Moreau se doit de les appliquer. 


Alors quoi ? Quelle est cette curieuse alchimie qui a réunie autour de Gérard et Gisèle autant de passionnés ce 2 juin 2017 ?  On peut résumer en un mot : famille : dans son sens le plus noble, celui d’une communauté, d’un clan, réuni ici non pas par un seul lien de parenté, mais par des valeurs perpétuées par l’art martial, valeurs qui ont tendance à se perdre dans notre société moderne. 


C’est connu, on ne récolte que ce que l’on sème…Voilà donc le secret de ce club tel que l’ont voulu ses fondateurs. Car au-delà des efforts consentis à l’entraînement, c’est une réelle amitié qui rassemble les pratiquants autour de Gérard et Gisèle ; une relation de trente ans basée sur la convivialité à l’image de cette belle soirée…

Revenir